Institut de recherche biomédicale
     
    Vous êtes ici : Accueil / L'Institut / Séminaires / Néanderthal. Quoi de neuf ?

    Néanderthal. Quoi de neuf ?

    •  


    SÉMINAIRE DE L'INSTITUT COCHIN

    Marylène Patou-Mathis 

    Marylène Patou-Mathis

    UMR 7194, Département Préhistoire du Muséum National d'Histoire Naturelle
    Institut de Paléontologie Humaine (I.P.H.), Paris

     

    Jeudi 27 avril 2017 à 12h00

     

     invitée par le comité Trans-science
     

    Institut Cochin, 22 rue Méchain, 75014 Paris
    Salle de conférence Rosalind Franklin, 2e étage

     

    Premier Homme fossile, différent de l’Homme actuel, à être découvert, Néanderthal a joué un rôle fondamental dans l’histoire de la reconnaissance de l’ancienneté de l’Homme et de son évolution. Néanmoins, jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle, il aura été victime d'une sorte de racisme rétrospectif. Les nouvelles découvertes et études, notamment génétiques, de ses ossements et des vestiges qu’il a laissés ont notablement enrichi nos connaissances sur cet Homme singulier. De plus en plus d’indices suggèrent que Néanderthal pratiquait à peu près toutes les activités que l’on pensait l’apanage d’Homo sapiens et qu’il avait des comportements symboliques. La question de sa disparition suscite encore de nombreux débats. Après avoir vécu pendant plus de 300 000 ans, Néanderthal disparaît vers 30 000 ans après avoir, en Europe et durant près de 12 000 ans, coexisté avec les premiers Homme anatomiquement modernes venus d’Afrique. Pour expliquer sa disparition, de nombreuses hypothèses ont été formulées. Cependant, les nouvelles données archéologiques révèlent qu’elle n’a pas été brutale mais progressive et qu’elle résulte probablement de la conjonction de plusieurs facteurs. Aujourd’hui, Néanderthal n’est plus perçu comme un être simiesque ou un idiot, il est devenu non seulement l’archétype de l’Homme préhistorique, mais aussi, au vu notamment de ses rapports à la nature, une sorte de modèle pour l’Homme futur. Prenons garde de ne pas remplacer un mythe, celui de la brute, par un autre, celui du « bon Sauvage » car   Néanderthal n'était ni inférieur, ni supérieur à nous : il était simplement différent.  

    Message à l'attention des personnes extérieures à l'Institut Cochin qui souhaitent venir écouter Marylène Patou-Mathis :
    merci d'envoyer vos nom, prénom, adresse professionnelle par mail à