Institut de recherche biomédicale
     
    Vous êtes ici : Accueil / La Recherche / Infection, Immunité, Inflammation / Equipe E.Donnadieu, C.Randriamampita / Analyse cinétique de réponses immunes associées à une régression tumorale

    Analyse cinétique de réponses immunes associées à une régression tumorale

    •  

     

     

    Responsables du projet : Nadège Bercovici et Alain Trautmann

    Contact : – Tel : +33(0)1 40 51 65 64

     

    Objectif

    Peut-on déclencher des réponses immunitaires capables de provoquer une régression tumorale ?
    Malgré le fait que le système immunitaire soit capable de reconnaître des cellules tumorales, les régressions spontanées de tumeurs solides chez l'homme sont rarissimes. L'analyse des relations entre tumeurs et système immunitaire chez l'homme sont effectuées la plupart du temps chez des patients dont le cancer est en progression, c'est à dire avec un système immunitaire en échec. Nous avons choisi d'étudier en détail des situations dans lesquelles le système immunitaire peut être stimulé de façon à déclencher une régression tumorale, une étude qui doit être effectuée chez la souris.

     

    Le groupe

    En 2015, ce groupe est constitué de Maxime Thoreau (doctorant, Université Paris Descartes), Julia Weiss (post-doc, financement AICR),  Fabienne Régnier (Assistant-Ingénieur INSERM) Alain Trautmann (DRCE émérite, CNRS) et Nadège Bercovici (CR1 CNRS).

     

    Recherches en cours

    Des essais cliniques récents ont démontré qu'un type de cellules immunes, les lymphocytes T, pouvaient jouer un rôle important dans la régression de plusieurs types de cancers, en particulier des cancers du sang. D'autres cellules immunitaires, les macrophages, peuvent s'accumuler dans des tumeurs solides et leur abondance est en général de mauvais pronostic. Sur la base de ces observations, certains considèrent que pour les patients atteints de cancer, les lymphocytes sont des "bons" et les macrophages des "sales types". La réalité a peu de chance d'être aussi manichéenne. En effet, les réponses immunes sont en général efficaces contre des infections, ce qui requiert la coopération entre différents types cellulaires. Pour des souris ayant une tumeur, nous avons mis au point un traitement local conçu pour mimer une réponse anti-infectieuse, comme s'il y avait une infection au niveau de la tumeur. Ce traitement induit une régression tumorale systématique.

    Nous effectuons une analyse cinétique systématique de la réponse immune, en combinant de l'immunofluorescence sur des tranches de tumeurs et une analyse globale des différents composants de réponses immunes efficaces. Dans un premier modèle tumoral, nous avons montré que l'efficacité des réponses immunitaires anti-tumorales ainsi induites dépendait de la coopération entre macrophages et lymphocytes.

     

    Conceptuellement, pour de futurs essais cliniques, il nous paraît important de ne pas se focaliser sur un acteur cellulaire unique (à stimuler au maximum), mais plutôt de prendre en compte les coopérations cellulaires dont on connait l'efficacité dans des réponses immunes anti-infectieuses.

    D'autres modèles tumoraux et d'autres modes d'intervention immune seront utilisés. Notre but ultime est de comprendre quels sont les principaux mécanismes essentiels au contrôle d'une régression tumorale, pour permettre la mise au point de nouvelles combinaisons en immunothérapie des cancers.

     

    Publications

    • Thoreau M, Penny HL, Tan K, Regnier F, Weiss JM, Lee B, Johannes L, Dransart E, Le Bon A, Abastado JP, Tartour E, Trautmann A, Bercovici N.(2015) Vaccine-induced tumor regression requires the cooperation of macrophages and T cells.Oncotarget. 6:27832-46
    • Bercovici, N. and Trautmann, A. (2012) Revisiting the role of T cells in tumor regression. Oncoimmunology 1: 346-350.
    • Wang, S. F., Fouquet, S., Chapon, M., (…)Trautmann, A., Bercovici, N. (2011) Early T cell signalling is reversibly altered in PD-1 T lymphocytes infiltrating human tumors PLoS One 6:e17621.
    • Chapon, M., Randriamampita, C., (…) Trautmann, A., Avril, M. F., Bercovici, N. (2011) Progressive upregulation of PD-1 in primary and metastatic melanomas associated with blunted TCR signaling in infiltrating T lymphocytes. J Invest Dermatol 131:1300-7.

     

    Financements

    Ce projet est financé par l'INSERM, le CNRS, la Ligue Contre le Cancer (Equipe Labellisée Ligue Contre le Cancer), WORLDWIDE CANCER RESEARCH (formerly AICR).

    Equipes du département