Institut de recherche biomédicale
     
    Vous êtes ici : Accueil / La Recherche / Infection, Immunité, Inflammation / Equipe E.Donnadieu, C.Randriamampita / Influence du microenvironnement sur la réponse immunitaire anti-tumorale

    Influence du microenvironnement sur la réponse immunitaire anti-tumorale

    •  

    image 22

    Cellules tumorales (gris-blanc) entourées de fibres nerveuses sympathiques (Tyrosine Hydroxylase, rouge)

    Responsable du projet : Vincent Feuillet

    Vincent.feuillet@inserm.fr +33 (0)1 40 51 65 56

     

    Objectif

    Le microenvironnement tumoral a un effet prépondérant sur la croissance des tumeurs et l’établissement d’une réponse immunitaire associée. Il est composé de médiateurs inflammatoires, hormonaux et de neurotransmetteurs. La sécrétion locale de ces facteurs peut être liée au développement tumoral lui-même mais peut également dépendre d’événement « extérieurs », tels que le stress psychologique. Nous nous intéressons à l’effet immunosuppresseur de ces médiateurs et tentons de comprendre par quels mécanismes ils altèrent le comportement des lymphocytes T.

     

    Composition du sous-groupe

    Vincent Feuillet : CR1 Inserm

    Ralitsa Stoeva : Master 2

     

    Questions posées

    Parmi les molécules du microenvironnement capables d’influer la croissance tumorale, la prostaglandine E2 (PGE2), l’adénosine et l’adrénaline, ont des effets pro-tumoraux bien démontrés. Bien qu’il soit généralement admis que ces facteurs favorisent directement la croissance tumorale notamment en augmentant l'angiogenèse, nous pensons que leurs effets pro-tumoraux pourraient également être dus à leur action sur la réponse immunitaire et plus précisément à leur capacité à altérer la réactivité des lymphocytes T anti-tumoraux. En effet, ces médiateurs ont en commun la capacité d’induire des augmentations soutenues d’AMPc intracellulaire, molécule dont l’effet immunosuppresseur sur la réponse T est démontré.

    Dans ce contexte, notre travail de recherche s’articule autour de 2 axes :

    1. Nous souhaitons mieux comprendre les conséquences du stress, et de la production associée de neuromédiateurs, sur la réponse immunitaire anti-tumorale. A l’aide d’antagonistes spécifiques, l’effet de ces médiateurs sur la croissance tumorale et la réponse immunitaire anti-tumorale est évalué in vivo dans des modèles murins de développement tumoral.
    2. En parallèle, nous réalisons des expériences d'imagerie sur des tranches de tumeurs issues de ces souris. A l'aide d'une sonde fluorescente permettant de mesurer l'AMPc sur cellules individuelles et en temps réel, nous regardons la capacité du microenvironnement tumoral et des molécules candidates à induire une augmentation soutenue d’AMPc intracellulaire dans les lymphocytes T. Nous testons également si le blocage de ces médiateurs (récepteurs ou voie de l'AMPc en aval) permet de restaurer la réactivité de ces lymphocytes.

     

    Publications marquantes et brevets

     

     

    Soutiens financiers

    Ce projet de recherche est soutenu par La Ligue contre le cancer.  ligue

    Equipes du département