Institut de recherche biomédicale
     
    Vous êtes ici : Accueil / La Recherche / Infection, Immunité, Inflammation / Equipe A. Hosmalin, R. Cheynier / Activation et suppression immunitaires lors de l'infection par le VIH

    Activation et suppression immunitaires lors de l'infection par le VIH

    •  

    Responsable du projet : Anne Hosmalin

     

     

    Les traitements antirétroviraux combinés contrôlent la charge virale plasmatique, empêchent la survenue du SIDA et rendent aux patients infectés par le VIH une espérance de vie proche de celle de  la population générale. Cependant, il persiste une hyper activation du système immunitaire accompagnée de complications métaboliques et cardiovasculaires.

    Nous étudions le rôle des différentes populations de DC et monocytes/macrophages au cours de l'infection par le VIH-1 ou le VIH-2 dans la production d'Interférons (IFN) de type I ou III et la polarisation T.  Nous travaillons pour cela sur des prélèvements de patients de cohortes de l'Agence Nationale pour la Recherche sur le SIDA et les Hépatites Virales (ANRS), ou de cohortes que nous avons bâties en collaboration avec le Centre d'Investigations Cliniques (CIC) Cochin-Pasteur dirigé par Odile Launay. Nous avons été les premiers à montrer la déplétion des DC (Grassi, AIDS 1999; Pacanowski, Blood 2001) et l'accumulation de monocytes pro-inflammatoires slan+ circulants au cours de l'infection par le VIH (Dutertre, Blood 2012). Nous avons aussi montré que les pDC domiciliaient dans les organes lymphoïdes secondaires des patients, à l'aide d'analogies avec le modèle de l'infection SIV, grâce à des collaborations (Malleret, Blood 2008; Nascimbeni, Blood 2009).

    Frappés par le paradoxe de la réponse IFN, à la fois antivirale et pro-inflammatoire, nous avons cherché quel était l'effet des IFN de type I  à eux seuls sur la réponse immunitaire in vivo. Nous avons trouvé qu'une exposition chronique de souris à de faibles doses d'IFN-a4 induit une suppression de réponses T CD8+ antivirales, médiée par des cellules myéloïdes suppressives (MDSC) (Taleb, J. Immunol. 2017).

    Nous sommes particulièrement intéressés par l'anatomie de la réponse immune dans le micro-environnement tissulaire, notamment dans la rate humaine, et aussi dans le système nerveux central, pour lequel nous mettons au point un nouveau modèle cellulaire.

    Notre but est de réduire les réservoirs et de restaurer des réponses immunitaires équilibrées contre le VIH.

     

    Techniques

    Ces projets actuels reposent sur l'immunologie cellulaire, la cytométrie en flux multi-couleurs et le tri de cellules rares, la microscopie confocale, la cytométrie de masse, le séquençage ARN sur cellules uniques, l'immunofluorescence et l'histologie.

     

    Soutiens financiers

     

     

     

     

     

    Equipes du département