Institut de recherche biomédicale
     
    Vous êtes ici : Accueil / La Recherche / Infection, Immunité, Inflammation / Equipe A. Hosmalin, R. Cheynier / Présentation croisée de l'antigène

    Présentation croisée de l'antigène

    •  

    Responsable du projet : Anne Hosmalin

    Contact : anne.hosmalin@inserm.fr;   Téléphone : 33 1 40 51 65 06

     

    Les cellules dendritiques (DC) ont une fonction spécialisée de présentation croisée. Cette fonction leur permet d'apprêter et de présenter, sur leurs molécules d'histocompatibilité de classe I, des antigènes provenant de l'extérieur, aux lymphocytes T CD8+. Ces lymphocytes T CD8+ sont cytotoxiques et indispensables au contrôle de l'infection par le VIH et au contrôle des tumeurs. La spécialisation des DC dans cette fonction permet de présenter des antigènes de cellules voisines normales, infectées ou tumorales avec les informations que savent donner les DC après avoir intégré les signaux du microenvironnement: déclenchement de tolérance ou de réponses immunes polarisées d'une façon adaptée au danger éventuel (infection, cancer).

    Nous avons montré ou contribué à montrer les capacités de présentation croisée de plusieurs populations de DC humaines: les DC plasmacytoïdes (pDC) (Hoeffel, Immunity 2007), les DC1 conventionnelles portant le récepteur de chimiokines XCR1 (Crozat, J. Exp. Med 2010), les DC inflammatoires (Segura, Immunity 2013).

    Une particularité de notre équipe est de s'intéresser non seulement à la présentation croisée à partir de cellules mortes, mais aussi à partir de cellules vivantes. Nous avons montré que les DC dérivées de monocytes humains effectuaient la présentation croisée à partir de cellules vivantes infectées par le VIH-1 (Marañon, Proc. Natl.Acad.Sci. 2004). Avec[AB1]  Armelle Blondel, nous avons étendu cette démonstration in vivo, où la présentation croisée à partir de cellules vivantes permet un meilleur contrôle de la dissémination de métastases du mélanome B16 que la présentation croisée à partir de cellules irradiées (Matheoud, Blood 2010).

    Nos projets actuels cherchent à identifier

    -les mécanismes de la capture d'antigènes à partir de cellules vivantes

    -l'identité des populations de DC qui in vivo capturent des antigènes à partir de cellules vivantes afin de favoriser l'élimination des cellules métastatiques de mélanome ou des réservoirs du VIH.

     

     

     

     

     

    Equipes du département