Institut de recherche biomédicale
     
    Vous êtes ici : Accueil / La Recherche / Infection, Immunité, Inflammation / Equipe C. Poyart, A. Fouet / Epidémiologie moléculaire des streptocoques

    Epidémiologie moléculaire des streptocoques

    •  

     

    Responsable du projet Claire Poyart

    claire.poyart@aphp.fr
    01 58 41 15 60

     

    Objectif

    Dans le cadre du suivi épidémiologique des souches de Streptocoques des groupes A et B reçues par le CNR, nous conduisons des études visant à définir les mécanismes moléculaires mis en jeu lors d’apparition de nouveaux clones, soit non encore décrits soit dont l’importance quantitative présente un changement suggérant une adaptation aux modes de vie ou aux traitements.  Ainsi nous caractérisons ces souches et créons éventuellement au laboratoire des mutants dont nous testons différents phénotypes dont la virulence, la persistance in vitro ou in vivo.

    Composition du sous-groupe

    C. Poyart, PU-PH
    Agnès Fouet, Chercheur
    Asmaa TAZI MCU-PH
    Constantin Hays, AHU
    Céline Plainvert, Praticien attaché 
    Magalie Longo, Technicienne.

    Questions posées

    Différentes questions ont été abordées ces dernières années

    1) SGB un commensal des tractus digestif  et génital n’est apparu comme un pathogène humain que récemment, à la fin des années 1960. Par analyse génomique comparative et reconstruction phylogénétique, nous avons montré que ce phénomène est dû à la sélection de quelques clones. L’expansion parallèle de ces clones a été précédée de l’insertion d’un transposon conjugatif conférant la résistance à la tétracycline (Fig 1). Ainsi, l’utilisation de tétracycline à partir de 1948 aurait conduit au remplacement d’une population diversifiée de SGB par quelques clones particulièrement bien adaptés à l’homme, conduisant à l’émergence d’infections à SGB chez le nouveau-né (ref 3).

    2) Une approche vaccinale envisagée afin de prévenir les infections invasives à SGB intègre comme cible la capsule polysaccharidique. SGB présente 10 sérotypes capsulaires. Toutes les souches du complexe clonal hyper-virulent (CC-17), le plus fréquemment responsable des infections invasives chez le nouveau-né, sont de sérotype III. La veille épidémiologique réalisée par le CNR, sur les souches reçues, a montré que des SGB appartenant au complexe clonal CC-17 possédaient un autre sérotype capsulaire. Par analyse de séquence, nous avons montré qu’il s’agissait d’un « switch » du locus capsulaire, un fragment de 35 kb codant l’intégralité de l’opéron de biosynthèse de la capsule ayant été échangé (ref 5).

    3) Les souches de SGB possèdent un pigment hémolytique qui est un facteur majeur de virulence. L’analyse de 1776 isolats cliniques, dont 47 % provenant d’infections invasives, a montré que 3,5 % d’entre eux étaient non-pigmentés et non-hémolytiques (ref 1).

     

     

     

    Fig. 1. La structure de la population des souches de SGB est menée par l’acquisition de la résistance à la tértacycline

     

    Publications marquantes et brevets

    1. Plainvert C, Longo M, Seringe E, Saintpierre B, Sauvage E, Ma L, Beghain J, Dmytruk N, Collobert G, Hernandez E, Manuel C, Astagneau P, Glaser P, Ariey F, Poyart C, Fouet A. A clone of the emergent Streptococcus pyogenes emm89 clade responsible for a large outbreak in a post-surgery oncology unit in France. Med Microbiol Immunol. (2018 ) Jun). doi: 10.1007/s00430-018-0546-1.

    2. Six A, Firon A, Plainvert C, Caplain C, Bouaboud A, Touak G, Dmytruk N, Longo M, Letourneur F, Fouet A, Trieu-Cuot P, Poyart C. Molecular Characterization of Nonhemolytic and Nonpigmented Group B Streptococci Responsible for Human Invasive Infections. J Clin Microbiol. 2016 Jan;54(1):75-82.

    3. Joubrel C, Tazi A, Six A, Dmytruk N, Touak G, Bidet P, Raymond J, Trieu Cuot P, Fouet A, Kernéis S, Poyart C. Group B streptococcus neonatal invasive infections, France 2007-2012. Clin Microbiol Infect. 2015 Oct;21(10):910-6.

    4. Da Cunha V, Davies MR, Douarre PE, Rosinski-Chupin I, Margarit I, Spinali S, Perkins T, Lechat P, Dmytruk N, Sauvage E, Ma L, Romi B, Tichit M, Lopez-Sanchez MJ, Descorps-Declere S, Souche E, Buchrieser C, Trieu-Cuot P, Moszer I, Clermont D, Maione D, Bouchier C, McMillan DJ, Parkhill J, Telford JL, Dougan G, Walker MJ; DEVANI Consortium, Holden MT, Poyart C, Glaser P. Streptococcus agalactiae clones infecting humans were selected and fixed through the extensive use of tetracycline. Nat Commun. 2014 Aug 4;5:4544.

    5. Plainvert C, Dinis M, Ravins M, Hanski E, Touak G, Dmytruk N, Fouet A, Poyart C. Molecular epidemiology of sil locus in clinical streptococcus pyogenes strains. J. Clin. Microbiol. 2014. 52:2003-2010

    6. Bellais S, Six A, Fouet A, Longo M, Dmytruk N, Glaser P, Trieu-Cuot P, Poyart C. Capsular Switching in Group B Streptococcus CC17 Hypervirulent Clone: A Future Challenge for Polysaccharide Vaccine Development. J Infect Dis. 2012. 206:1745-1752. 

     

    Soutiens financiers

    Ce projet de recherche est soutenu par

    Fondation pour la Recherche Médicale (grant number DEQ20100318279 and DEQ20130326538),
    ANR (ANR-08-GENM-027–001)
    Institut Pasteur
    Institut de Veille Sanitaire
    Research Networks Program in Complexity in Biology: Molecular Aspects of Infectious Diseases (High Council for Scientific and Technological Cooperation between France- Israel)
    ERA PathoGenoMics (ANR-08-MIEN-015),
    Fonds d’Études et de Recherche du Corps Médical
    Labex Integrative Biology of Emerging Infectious Diseases (grant number ANR-10-LABX-62-IBEID)
    University Paris Descartes (grant number 641 113 10).

     

     

     

     

     

     

    Equipes du département