Institut de recherche biomédicale
     
    Vous êtes ici : Accueil / La Recherche / Infection, Immunité, Inflammation / Equipe C. Poyart, A. Fouet / Physiopathogénie des infections à Streptocoques du groupe B

    Physiopathogénie des infections à Streptocoques du groupe B

    •  

    Responsable du projet Claire Poyart  

    claire.poyart@aphp.fr 01 58 41 15 60

     

    Objectif

    Streptococcus agalactiae, ou Streptocoque du groupe B, SGB, est un constituant habituel de la flore digestive de nombreux mammifères et est retrouvé dans la flore vaginale de 30 % des femmes. Il se révèle un redoutable pathogène pour le nouveau-né et représente la première cause d'infections bactériennes néonatales invasives dans le monde industrialisé. De nombreuses études épidémiologiques moléculaires à travers le monde ont identifié un clone de sérotype capsulaire III, désigné ST-17, comme responsable de près de la moitié des syndromes précoces, de 70% des syndromes tardifs, ainsi que des deux tiers des méningites. Or, ce clone ST-17 ne représente que 15% des souches de portage chez l’adulte. Nos travaux visent à comprendre ce paradoxe apparent et à élucider ce qui rend ce clone hyper virulent pour le nouveau-né.

     

    Composition du sous-groupe

    C. Poyart, PU-PH
    Agnès Fouet, Chercheur
    Julie Guignot, Chercheur
    Asmaa Tazi, MCU-PH
    Constantin Hays, PhD student
    Anne-Sophie Bourrel, AHU

     

    Questions posées

    L'infection néonatale se manifeste soit par un syndrome précoce soit par un syndrome tardif, survenant respectivement durant la première semaine de vie ou entre une semaine et trois mois après la naissance. L’infection précoce, caractérisée par une pneumonie, résulte le plus souvent de l’ingestion ou de l’inhalation par le nouveau-né de sécrétions vaginales contaminées au cours de l’accouchement. L’infection tardive se manifeste par une septicémie sans porte d’entrée évidente et est fréquemment associée à une méningite. La transmission verticale de la bactérie lors de l’accouchement semble le scénario le plus probable, suggérant que la bactérie pourrait persister au niveau digestif chez le nouveau-né, et dans certaines conditions franchir la barrière intestinale.

    Le clone ST-17 présente à sa surface deux protéines qui lui sont spécifiques, HvgA et Srr2. Nous avons attribué l’hypervirulence du clone ST-17 à des capacités accrues de colonisation du tube digestif et de franchissement de la barrière hémato-encéphalique (BHE). HvgA favorise l’adhésion aux cellules épithéliales et aux cellules endothéliales des micro-vaissaux cérébraux qui constituent la BHE. De plus, HvgA est nécessaire in vivo à la colonisation intestinale et à la translocation à travers les barrières intestinale et hémato-encéphalique (ref. 2,3). Srr2, quant à elle, fixe plasminogène et plasmine, ce que ne fait pas la protéine similaire, Srr1, trouvée dans les souches non ST-17 (ref. 1). De plus, Srr2 est fortement exprimée et fixe avec une meilleure affinité que Srr1 le fibrinogène. La capacité que Srr2 a de fixer des protéines plasmatiques résulte en la formation d’agrégats bactériens qui sont efficacement phagocytés. Or Srr2 favorise la survie bactérienne intra-phagocytaire et la persistance bactérienne dans un modèle de méningite bactérienne. Ainsi, Srr2 permet au clone ST-17 de détourner des ligands du système de coagulation de l’hôte favorisant la dissémination et l’invasion de cette bactérie.

    Néanmoins, ces caractéristiques ne peuvent expliquer à elles seules l’association du clone ST-17 aux infections néonatales ; des facteurs liés à l’hôte jouent certainement un rôle dans son hypervirulence dans ce contexte. Nos travaux actuels abordent par différents modèles cellulaires et tissulaires cet aspect et visent à mettre à jour les mécanismes moléculaires et cellulaires mis en jeu lors du franchissement de ces différentes barrières.

    Publications marquantes et brevets

    1. Six A, Bellais S, Bouaboud A, Fouet A, Gabriel C, Tazi A, Dramsi S, Trieu-Cuot P, Poyart C. Srr2, a multifaceted adhesin expressed by ST-17 hypervirulent Group B Streptococcus involved in binding to both fibrinogen and plasminogen. Mol Microbiol. 2015 Sep;97(6):1209-22.
    2. Tazi A, Bellais S, Tardieux I, Dramsi S, Trieu-Cuot P, Poyart C. Group B Streptococcus surface proteins as major determinants for meningeal tropism. Curr Opin Microbiol. 2012 Feb;15(1):44-9.
    3. Tazi A, Disson O, Bellais S, Bouaboud A, Dmytruk N, Dramsi S, Mistou MY, Khun H, Mechler C, Tardieux I, Trieu-Cuot P, Lecuit M, Poyart C. The surface protein HvgA mediates group B streptococcus hypervirulence and meningeal tropism in neonates. J Exp Med. 2010 Oct 25;207(11):2313-22.
    4. Firon A, Tazi A, Da Cunha V, Brinster S, Sauvage E, Dramsi S, Golenbock DT, Glaser P, Poyart C, Trieu-Cuot P. The Abi-domain protein Abx1 interacts with the CovS histidine kinase to control virulence gene expression in group B Streptococcus. PLoS Pathog. 2013 Feb;9(2):e1003179.
    5.  Dramsi S, Morello E, Poyart C, Trieu-Cuot P Epidemiologically and clinically relevant Group B Streptococcus isolates do not bind collagen but display enhanced binding to human fibrinogen. Microbes Infect. 2012;14(12):1044-8

     

    Brevet

    Brevet 2015 : The immunogenic peptide BR of Srr2 use for diagnostic and therapeutic of the "high-virulent" ST-17 clone of group B Streptococcus. EP15305541 10-04-15 Claire Poyart, Patrick Trieu Cuot, Shaynooor Dramsi, Anne Six, Samuel Bellais

     

    Soutiens financiers

    Ce projet de recherche est soutenu par
    Fondation pour la Recherche Médicale (Grant N°DEQ20100318279),
    DIM Mal INF
    Institut Pasteur
    Ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur University Paris Descartes, Grant N° 641 113 10.

     

                                 

     

     

     

     

      

    Equipes du département