Institut de recherche biomédicale
     
    Vous êtes ici : Accueil / L'Institut / Actualités / Au plus près de l’entrée du VIH-1 par les muqueuses génitales humaines

    Au plus près de l’entrée du VIH-1 par les muqueuses génitales humaines

    •  
    Etude dirigée par Morgane Bomsel

    La transmission sexuelle du virus de l’immunodéficience humaine de type 1, VIH-1, se fait essentiellement par l’intermédiaire de cellules infectées contenues dans les fluides génitaux. L’étude dirigée par Morgane Bomsel, parue dans la revue Mucosal Immunology, a porté sur la recherche des tout premiers signaux envoyés par ces cellules infectées qui favorisent la contamination, afin d’identifier des cibles potentielles pour bloquer l’infection.

     

    Les étapes initiales de la transmission sexuelle du VIH-1 sont mal connues. En plus de particules virales peu infectieuses, les sécrétions génitales des sujets infectés contiennent des cellules infectées par le virus (majoritairement responsables de la transmission du VIH-1), capables de se lier à la surface de la muqueuse en formant un contact étroit appelé synapse virale. De nouveaux virus infectieux sont produits dans la fente de cette synapse et sont retrouvés plus tard dans les cellules de Langerhans, cellules présentatrices de l'antigène localisées dans les muqueuses, avant d’infecter les lymphocytes T CD4+.  Les signaux induits par le virus au cours de ces processus sont mal connus. Les travaux de l'équipe de Morgane Bomsel publiés dans la revue Mucosal Immunology, montrent que la synapse virale, indépendamment de la production de virus, induit une cascade de signaux dans les cellules de surface de la muqueuse du prépuce, activant la voie de l'immunité innée TLR4/NF-kB. Cela conduit à la sécrétion de cytokines inflammatoires particulières, dont la cytokine TSLP (thymic stromal lymphopoietin) qui joue ici un rôle de chimiokine. En effet TSLP attire les cellules de Langerhans vers la lumière de la muqueuse, facilitant la capture du virus produit à la synapse. La synapse virale induit de surcroît la synthèse du microRNA miR-375 connu pour contrôler l'expression de TSLP. En bloquant la synthèse de miR-375 dans des tissus de prépuce ex vivo, (un modèle très proche de l’infection naturelle par le VIH-1), les auteurs ont pu empêcher la migration des cellules de Langerhans vers la surface de la muqueuse et donc leur capacité à phagocyter le virus et d'initier sa transmission. Cibler miR-375 ou TSLP pourrait être utilisé en prophylaxie pour empêcher la transmission muqueuse du virus, sa principale voie d'entrée dans l'organisme.

     

    Référence

    Zhou Z, Xu L, Sennepin A, Federici C, Ganor Y, Tudor D, Damotte D, Barry Delongchamps N, Zerbib M, Bomsel M. The HIV-1 viral synapse signals human foreskin keratinocytes to secrete thymic stromal lymphopoietin facilitating HIV-1 foreskin entry. Mucosal Immunol. 2017 Apr 26. doi: 10.1038/mi.2017.23.

     

    Contact chercheur

     

    Légendes

    Figure : La synapse induit la translocation nucléaire (noyaux en bleu) de NF-kB (en rouge)

    Illustration : «Chaine des évènements» induits par la synapse virologique médiée par l’enveloppe du VIH-1, facilitant l’entrée du virus dans les cellules du prépuce humain.