Institut de recherche biomédicale
     
    Vous êtes ici : Accueil / L'Institut / Actualités / Des cellules Tγ/δ séquestrées dans les organes lymphoïdes secondaires par les macrophages

    Des cellules Tγ/δ séquestrées dans les organes lymphoïdes secondaires par les macrophages

    •  
    Etude dirigée par Bruno Martin et Bruno Lucas.

    Une étude dirigée par Bruno Martin et Bruno Lucas, équipe Bruno Lucas, Régulation des fonctions effectrices des lymphocytes T : de la recherche fondamentale au cancer.

    Le fait que les lymphocytes Tg/d (LTg/d) combinent à la fois des caractéristiques du système immunitaire adaptatif avec des capacités de réponses extrêmement rapides plus proches du système immunitaire inné est à l’heure actuelle bien documenté. Ces cellules peuvent être notamment recrutées très rapidement au niveau de sites inflammatoires ou au sein de certains micro-environnements tumoraux. Cependant, leur comportement et plus précisément leurs capacités de circulation dans l’organisme à l’état basal (en absence d’inflammation ou d’infection) restent peu étudiés. En bloquant l’entrée des lymphocytes T dans les ganglions lymphatiques via la neutralisation des intégrines LFA-1 et VLA-4 d’une part, et par la réalisation d’expériences de parabioses d’autre part, Audemard Verger et al. montrent dans leur article publié dans Journal of Immunology de septembre (et dont ils font la couverture) que contrairement aux autres sous-populations de LTg/d, la majorité des LTg/d CD44hi Ly-6C- (ces lymphocytes présentent des caractéristiques du système immunitaire inné et produisent de l’IL-17) ne patrouillent pas dans l’organisme à l’état basal, mais résident de manière permanente dans les organes lymphoïdes secondaires (OLS).

    L’étude dirigée par Bruno Martin et Bruno Lucas a permis de détailler ce phénomène et d’identifier les populations cellulaires impliquées dans la résidence de ces cellules Tg/d au sein des OLS. Ainsi, alors que les cellules B ou les cellules dendritiques n’apparaissent pas impliquées dans la résidence des cellules Tg/d CD44hi Ly-6C-, l’élimination, in vivo, des macrophages se traduit par une forte diminution du nombre absolu de ces cellules dans les OLS. Cette diminution est annihilée par l’administration de FTY720, (molécule inhibant la migration des lymphocytes des OLS vers la lymphe afférente et la circulation sanguine), ce qui montre qu’elle traduit bien une sortie des cellules Tg/d CD44hi Ly-6C- des OLS et non une mortalité de ces dernières induite par l’élimination des macrophages.

    L’analyse phénotypique des cellules Tg/d issues des OLS révèle que seules les cellules Tg/d CD44hi Ly-6C- expriment des marqueurs spécifiques des macrophages tels que les molécules de surface CD169, CD11b ou F4/80 dans des proportions suggérant que ces marqueurs sont transférés lors d'interactions étroites entre ces cellules Tg/d et les macrophages sous-capsulaires dans les ganglions périphériques, les macrophages du sinus médullaire dans les ganglions périphériques et mésentériques et avec les macrophages de la pulpe rouge dans la rate. Comme mentionné précédemment, les cellules Tg/d  CD44hi Ly-6C- sont capables de produire de l’IL-17 en réponse à une stimulation. Cette observation a mené les auteurs à examiner l'expression du facteur de transcription RORgt par ces cellules. Il a ainsi pu être observé que l’expression de RORgt permet d’identifier spécifiquement les cellules Tg/d résidentes des ganglions périphériques et de confirmer par microscopie la co-localisation de ces cellules avec les macrophages des sinus sous-capsulaire et médullaire dans les ganglions.

    Enfin, les cellules Tg/d résidentes des OLS produisent très rapidement de l’IL-17 en réponse à une stimulation induite par l’injection de LPS suggérant que ces cellules jouent un rôle important lors de la phase innée de la réponse immunitaire. Ainsi, des interactions étroites avec les macrophages permettraient de séquestrer les LTg/d “de type inné” Ly-6C- CD44hi dans les OLS, au sein desquels ces cellules “sentinelles” seraient prêtes à répondre très rapidement lors d’une infection.

    Ce travail publié ce mois-ci dans la revue Journal of Immunology a été retenu comme un article du « Top 10 » pour la rubrique « In This Issue » et une de ses figures a été choisie pour la couverture du journal.

     

    Référence

    Macrophages Induce Long-Term Trapping of gd T Cells with Innate-like Properties within Secondary Lymphoid Organs in the Steady State. A. Audemard-Verger*, M. Rivière*, A. Durand*, E. Peranzoni, V. Guichard, P. Hamon, N. Bonilla, T. Guilbert, A. Boissonnas, C. Auffray, G. Eberl, B. Lucas** and B. Martin**. J. Immunol. September 15, 2017, 199 (6) 1998-2007.

    * and ** contributed equally to the work.

     

     

    Légende figure

    Localisation des lymphocytes Tgd RORgt+ et RORgt- dans les ganglions lymphatiques périphériques de souris. Marquage représentatif par immunofluorescence sur tranches fixées de ganglions périphériques (ganglion maxillaire est représenté ici). TCRgd (rouge), CD169 (bleu) et RORgt-GFP (vert). Les cellules Tgd RORγt+ apparaissent en jaune.

     

    Contacts