Institut de recherche biomédicale
     
    Vous êtes ici : Accueil / L'Institut / Actualités / Etude de la composante inflammatoire dans la schizophrénie

    Etude de la composante inflammatoire dans la schizophrénie

    •  
    Amélie Wegener, chercheur dans l’équipe d’Anne Hosmalin, a reçu le prix « Jeune Chercheur » de la fondation Pierre Deniker pour la recherche et la prévention en santé mentale

    Amélie Wegener, chercheur dans l’équipe d’Anne Hosmalin, a reçu le prix « Jeune Chercheur » de la fondation Pierre Deniker pour la recherche et la prévention en santé mentale.

    Son prix lui a été remis lors d’une cérémonie qui s’est tenue le 8 octobre 2018 au Conservatoire National des Arts et Métiers.

    Des facteurs environnementaux inflammatoires semblent être impliqués dans la physiopathologie de la schizophrénie. Amélie Wegener étudie in vitro un nouveau modèle de cellules différenciées en cellules de type « neuronal » (MDN), à partir de cellules sanguines de patients et de volontaires sains. Les réponses des MDN à des signaux inflammatoires  issus des cellules microgliales autologues différenciées in vitro (MGL) sont étudiées.

    La schizophrénie est un trouble psychique chronique qui touche plus de 600 000 personnes en France. Ses causes restent incertaines et impliqueraient des facteurs génétiques et environnementaux comme le stress, la consommation de drogue ou une infection entraînant une inflammation du système nerveux central. Afin d’analyser le rôle possible de la neuroinflammation dans la schizophrénie, utilisant une technique innovante et peu invasive qui permet de transformer des monocytes sanguins en MDN, cellules proches des neurones (1), à partir des monocytes isolés de patients atteints de schizophrénie et de donneurs sains, Amélie Wegener, en collaboration avec l'Hôpital Sainte-Anne, étudie in vitro l’impact de stimuli infectieux ou inflammatoires sur la survie cellulaire et la morphologie  des MDN.

    Dans l’ensemble, ce projet devrait aider à mieux comprendre le rôle de l’inflammation dans la schizophrénie, à identifier les mécanismes en cause, et à proposer de nouvelles cibles thérapeutiques.

    Photo de microscopie photonique présentant la morphologie des MDN

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Légende

    Exemple de la transformation d’un monocyte en une cellule de type neuronal (similaire à un neurone). Barre d’échelle, 20 μm.

     

    Contact

    Equipe : Cellules dendritiques et lymphocytes B dans leur microenvironnement au cours des infections virales et du cancer