Institut de recherche biomédicale
     
    Vous êtes ici : Accueil / L'Institut / Actualités / Hepcidine : nouveau rôle pour l'hormone de fer dans le traitement de la fasciste nécrosante

    Hepcidine : nouveau rôle pour l'hormone de fer dans le traitement de la fasciste nécrosante

    •  
    Une étude de l'équipe de Carole Peyssonnaux

     La fasciite nécrosante (appelée par le passé gangrène) est une maladie infectieuse grave et rapidement évolutive.

    Malgré l’usage d’antibiotiques et l’amputation des tissus nécrotiques, le risque de septicémie reste élevé avec un taux de mortalité pouvant atteindre 30%. L'équipe de Carole Peyssonnaux (en collaboration avec les hôpitaux Henri Mondor de Créteil et Universitaire de Zurich) a montré que l’hepcidine, hormone de régulation du fer, est produite par la peau suite à une infection bactérienne, et est essentielle pour empêcher l’invasion des bactéries dans le corps et la mortalité associée, en augmentant la réponse du système immunitaire. Ces travaux, publiés dans la revue The Journal of Clinical Investigation, montrent que l’hepcidine pourrait être envisagée comme nouvelle approche thérapeutique dans la fasciite nécrosante et de manière plus globale comme alternative aux antibiotiques. 

    La fasciite nécrosante est une infection caractérisée par une nécrose généralisée de la peau et des tissus profonds, décrite pour la première fois par Hippocrate au Vème siècle. Le traitement standard comprend des antibiotiques à large spectre et un débridement chirurgical complet. Cependant, malgré les traitements actuels, le développement de la fasciite nécrosante est fulminant et reste associé à des taux de mortalité élevés. Le streptocoque du groupe A est considéré comme la cause la plus fréquente de fasciite nécrosante associée à la septicémie. Lors de la détection de ces bactéries, le recrutement des neutrophiles est essentiel à la résolution de l'infection. Les neutrophiles sont des cellules clés du système immunitaire qui agissent dés les premières minutes d’une infection. Ce sont des agents antibactériens essentiels dans la défense de l’organisme contre les infections par les streptocoques de groupe A. Toutefois, ces bactéries se « défendent » en produisant des enzymes qui vont dégrader des protéines telles que CXCL1, impliquées dans le recrutement des neutrophiles.  

    Mariangela Malerba, première auteure de l’étude coordonnée par Carole Peyssonnaux, et ses collaborateurs, ont montré que l’hepcidine, protéine connue pour être l’hormone clé de régulation du fer produite par le foie, est exprimée de manière inattendue dans la peau suite à une infection par les bactéries SGA. Son expression est également retrouvée au niveau de la peau de patients souffrant de fasciite nécrosante aux SGA. Afin de comprendre son rôle, les chercheurs ont alors généré des modèles murins où l’hepcidine est absente au niveau de la peau. Ils ont alors montré que l’hepcidine produite par l’épiderme est capable d’induire le recrutement des neutrophiles au site de l’infection en augmentant la production de la protéine CXCL1. 

    De plus, contrairement à CXCL1, l’hepcidine est résistante à la dégradation par les bactéries et pourrait donc être utilisée comme médicament pour « forcer » l’expression de CXCL1 et le recrutement de neutrophiles. En effet, l’administration de l’hepcidine à des souris aide leur système immunitaire à lutter contre l’infection et empêche l’invasion bactérienne.

     

    Selon les auteurs de l’étude, l’hepcidine, de par sa capacité à booster le système immunitaire, pourrait être envisagée comme un traitement de la fasciite nécrosante, mais plus largement comme une alternative thérapeutique aux antibiotiques dans un grand nombre de pathologies.

     

    Légende de la figure : L’hepcidine produite par la peau augmente le recrutement des neutrophiles au site de l’infection et empêche l’invasion bactérienne.

     

    En savoir plus

    Malerba M LS, Cuvellier S, Mairpady Shambat S, Hua C, Gomart C, Fouet A, Ortonne N, Decousser J-W, Zinkernagel AS, Mathieu JRR, Peyssonnaux C. Epidermal hepcidin is required for neutrophil response to bacterial infection.  J Clin Invest. 2019, Oct 10. pii: 126645. doi: 10.1172/JCI126645

     

    Contact chercheur