Institut de recherche biomédicale
     
    Vous êtes ici : Accueil / L'Institut / Actualités / L’Équipe "Biologie cutanée" a rejoint l'Institut Cochin en octobre 2019

    L’Équipe "Biologie cutanée" a rejoint l'Institut Cochin en octobre 2019

    •  

    L’équipe “Biologie Cutanée” dirigée par Sélim Aractingi (PU-PH, service de Dermatologie de l’hôpital Cochin)

    a rejoint le département Développement, Reproduction, Cancer de l’Institut Cochin début octobre 2019. 

     

    L’équipe "Biologie cutanée" combine des approches fondamentales et translationnelles dans le but de mieux comprendre l’homéostasie de la peau mais également trois maladies cutanées sévères associées : les retards de cicatrisation, la carcinogenèse et l’inflammation des annexes (hidrosadénite suppurée et acné). Pour mener à bien ces travaux, l’équipe utilise différents modèles animaux classiques et des prélèvements humains, ainsi qu’un nouveau modèle de rongeur rare, le rat-taupe nu. En effet, le rat-taupe nu a une durée de vie exceptionnellement longue, sans signe de vieillissement, il ne développe pas de cancer, et constitue un très bon modèle d’étude du vieillissement cutané. 

     

    Quelles sont les récentes contributions de l’équipe ?

    Cicatrisation altérée et cellules souches fœtales :

    Les cellules microchimériques fœtales (FMC) pénètrent dans la circulation maternelle pendant la grossesse et persistent pendant des décennies après l'accouchement. En cas de lésion cutanée maternelle, les FMC migrent vers les sites affectés où ils participent à la cicatrisation des tissus. L’équipe Biologie Cutanée a récemment découvert que la chimiokine Ccl2 déclenchait de manière élective la mobilisation d’une population particulière de FMC. Son objectif est donc d'explorer plus en avant le potentiel thérapeutique de Ccl2 dans les retards de cicatrisation des plaies, de dresser un profil complet des voies de signalisation qui recrutent ces cellules fœtales et d'étudier l'hétérogénéité et la hiérarchie de ces cellules.

    Carcinogenèse cutanée :

    Les Nevi Congénitaux Mélanocytaires (NCM) sont des tumeurs qui présentent un risque de transformation maligne en mélanome. L’équipe a montré qu’une unique mutation sur le gène NRAS était suffisante pour induire un NCM, et qu’une sous-population de cellules mélanocytaires clonogèniques maintenaient ces lésions lorsqu'elles coopéraient avec des kératinocytes. Les objectifs sont de cibler les voies de signalisation spécifiques en aval de NRAS dans des modèles précliniques de NCM et d'étudier le rôle des interactions kératinocytes-mélanocytes dans le développement des NCM. 

    Inflammation des annexes :

    L’étude des relations entre les bactéries pathogènes et la peau a permis d’identifier deux protéines de surface de la bactérie opportuniste P. Acnes : CAMP1, et DsA1, comme protéines de liaison au fibrinogène cutané. L’équipe étudie le rôle de DsA1 et de CAMP1 au cours du processus inflammatoire et souhaite caractériser davantage la structure et les propriétés de DsA1. 

     

    L'équipe a obtenu en 2019 un financement de l'ANR pour l'analyse des cellules souches fœtales impliquées dans la cicatrisation des plaies et fait partie d'un RHU (Success) pour l'étude d'un nouveau dispositif utilisant le sécrétome de cellules fœtales pour traiter les brûlures chez l'enfant. Romain Fontaine a obtenu un IDEX Emergence pour son projet sur le vieillissement cutané dans le modèle du rat-taupe nu. Bénédicte Oules a réussi au concours Chef de Clinique/Inserm/Fondation Bettencourt qui lui permettra d’obtenir un soutien financier pour ses travaux sur l’hidrosadénite suppurée.

     

     

     

     

     

    Mots-clés associés : focus